POESIE & FICTION

Défi N*4: Écrire une histoire à partir de la 1ere image de son fil d’actualité instagram

#defi30joursecriture

Maya Hope, LE CYCLE DU SOLEIL

Il m’arrivait souvent de regarder debout par la fenêtre ouverte le soleil se lever à l’aube, d’apprecier les diamants de la rosée et savourer le vent frais venu de la mer dont le ressac régulier se persevait plus qu’il ne s’entendait. Mais pas aujourd’hui, pas aujourd’hui non. J’étais attendue.. Il était temps.

****

La tasse tomba brutalement, dans un bruit aussi fracassant que la nouvelle qu’on venait de lui annoncer… Enfin! Tant d’années d’efforts, de travail, la violence des combats, les coups bas, les jalousies. Tout ces moments où elle s’est sentie seule, abandonnée de tous. Ces minutes de doutes se disant que sa voix bien solitaire ne porterait pas bien loin ce en quoi elle croyait profondément. Sa foi en la paix et la guérison souvent ébranlée. Il était enfin temps et cette nouvelle, pourtant espérée, faisait l’effet d’une bombe, un coup de tonnerre dans un ciel serein. Elle fonça dans le corridor à peine éclairé malgré le soleil au zénith et la sensation de fournaise depuis 3 jours, passa en furie devant la console préferée de grand-mère, abandonnant un invité ébahi sur le fauteuil en rotin chiné aux puces la semaine d’avant et qui aurait bien besoin de refection avant de supporter le poids d’un homme se rappella t’elle vaguement avant d’oublier la pensée aussi vite qu’elle etait venue.. Il y’avait plus important. De toute façon il comprendrai, il ne pouvait que saisir et même si ce n’était pas le cas.. Il y’avait plus important. Les escaliers s’effacèrent 4 marches à la fois tendit qu’elle volait vers le telephone, plongeant dessus fébrilement.

~~ Allô maman?! ça y est, ça y est enfin.. Et dans cette voix forte qui la caracterisait elle continua sans reprendre son souffle..

~~Il est en bas au salon avec la lettre officielle! Y’avait que maman qui pouvait comprendre, saisir la portée de ce qui venait de se passer.

~~Maman tu m’entends?! Un long silence lui répondit, si bien qu’elle eu l’impression à un moment que la ligne ne marchait pas.

~~Oui, je t’entends ma fille, je t’entends. Ajoutant de sa voix fluette, Qui ne t’entendrait pas avec cette voix de demenageur?! Tu veux réveiller les morts? On sentait le sourire sur ses lèvres. Elle n’en dira pas plus. Elle n’en disait jamais trop de toute façon, ni trop peu ni pas assez. Calmant ainsi en peu de temps l’excitation qui faisait surement crépiter l’air autour de sa fille.

~~ Maman… Il était temps.

****

Un sourire lent lui monta aux lèvres, pas simplement de joie, mais un sourire d’accomplissement profond. Oui, il y aura encore des combats. Il y aura des moments extrêmement difficiles, elle serait salie, sabotée, mise à mal, exposée, vilipendée, déchirée; les plus hardis tenterons de l’effacer de la surface de la terre (dans leurs rêves les plus fous); mais l’histoire retiendra ce jour. Pendant que les rayons doux du soleil couchant illuminent encore plus cette belle journée, ses pensées voguent vers ces moments où sa parole n’avait pas droit de cité, où les combats étaient sur tout les détails du quotidien, il fallait survivre envers et contre tout. Envers et contre tout ce qui voulait tuer l’espoir en elle, l’espoir pour sa fille et ensuite la fille de sa fille. Elle était le roseau, plier mais ne pas rompre. Et contre vents et marées elle a tenue et vue ce jour au-delà de toute espérance. Il fallait un jour comme celui-ci pour faire sortir cette jeune fille de son refuge au bord de la mer. Et maintenant qu’elle en était sortie pour un long moment, ils essaieront de la briser oui, mais ce n’était pas sa petite-fille pour rien. Elle leur sourira avec la sérénité de sa mère et les mettra à terre avec l’esprit combatif de sa révolutionnaire de grand-mère. Cette pensée éclaira son visage ridé d’un autre sourire édenté, tendit que le soleil se couchait enfin sur les hibiscus au fond du jardin. Faudrait penser à dire au nouveau jardinier en chef de Maya de tailler cette haie qui dépasse. Maya avait désormais une équipe de jardiniers, la pensée lui arracha un autre sourire amusé. Le vent froid se levait déjà trop vite en cette saison, faudrait peut-être rentrer avant de choper la crève sur ses vieux os, il était temps.

****

Du coin de l’oeil elle vit sa grand-mère rentrer par le coté de la demeure blanche à colonnades appuyée sur sa canne ébene ouvragrée, écartant les mains secourables de son majordome en maugréant comme d’habitude sur le nombre de batailles qu’elle a gagné qui dépassait de loin l’age du mal-avisé bougre, elle pouvait encore marcher pardi! Mère vint lui chuchoter à l’oreille:

~~Maya, je vais aider grand-mère Faith avant qu’elle ne se foule encore une cheville. Elle-même préférait l’appeler Hemley, et non pas la version anglicisée de ce nom si puissant. Mais elle hocha simplement la tête et regarda la frèle silhouette de Hope (qui contrastait tellement avec sa voix) s’en aller paisiblement vers la demeure. Quel autre nom pouvais t’on d’ailleurs donner à cette immensité architecturale se demanda t’elle in peto.

Photo issu de @girlbehindthehustle sur Instagram (tout un programme). Adrienne Banfield-Norris, Jada Pinckett-Smith, Willow Smith

Son attention fut détournée par son sécretaire particulier.

~~Ils sont là, Madame.

Elle posa son verre, eût une pensée furtive pour la mise en plie de ses braids-out, se redressa et avanca vers l’avenir. Mr R., Dr Ruben pour les intimes, vieux compagnon d’armes de Mère et accessoirement psychiatre, s’avancait vivement vers elle. Souriant, bras tendus.

~~Maya Hope! Et après un clin d’oeil plein de fierté.. Je te présente Son Excellence Mr Haïlé.

Sans lui laisser le temps de finir, le grand Monsieur élégant s’inclina:

~~Mme La Présidente Hope, Tout l’honneur est pour moi de vous rencontrer enfin. Il était temps.

Fin

Note Sur Le Défi N*4 : A la difficulté de l’inconnu avec une photo surprise s’ajoute celle d’un exercice que je n’affectionne pas particulièrement.. Roman. J’aime en lire ..mais alors oser écrire une nouvelle.. Sûrement une apprehension personnelle. L’exercice a l’avantage de nous obliger à oser.

La fatigue et le manque de temps aidant, j’ai fait au mieux et au plus vite. Avec la sensibilité qui est mienne.

PS: les nombreuses coquilles du texte seront corrigées quand j’aurais un peu de temps devant moi. Indulgence. Svp. 😎